mutations
Dans ce dossier tous les éléments chaque année pour préparer votre demande de mutation
communication numérique

Le Sgen-CFDT Bretagne a fait à l’automne 2016 du sujet de la communication numérique une de ses priorités. Face aux mails qui nous submergent le rectorat employeur doit prendre ses responsabilités.

Notre constat est que le passage d’une communication papier à une communication numérique s’est faite sans réflexion sur les conséquences pour les personnels.

Aujourd’hui, chaque service du rectorat ou des DSDEN (Direction des Services Départementaux de l’Education Nationale) ne se soucie pas des envois faits par les autres. Chaque établissement, chaque circonscription ou école relaie tout ou partie de ce qui est reçu. In fine cette absence de réflexion noie tous les personnels sous une foule d’informations.

A côté de ce problème organisationnel, les modes de rédaction des courriers papiers et électroniques ne sont pas les mêmes. Une amélioration dans ce domaine serait profitable à tou-te-s.

Enfin, la possibilité de ne pas être sollicité en dehors de ses heures de travail doit être rendu possible, un droit à la déconnexion doit être mise en place. Il doit permettre à chacun d’organiser son temps comme il le souhaite,  sans pour autant solliciter les autres personnels en dehors de leurs heures de travail.

Pour améliorer la communication numérique le Sgen-CFDT  est intervenu en CTA (Comité technique académique) à différentes reprises au cours de l’année et continuera à porter ses revendications.

A son initiative une intersyndicale a écrit au recteur.

Lors du dernier CHSCT (Comité Hygiène Santé et Conditions de Travail) Académique nous avons revendiqué l’inscription de ce sujet à l’ordre du jour.

Cinq d’éléments principaux sont à prendre en compte

 

 

PPCR est l’abréviation qui résume plus d’une année de négociations consacrées aux « Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations » des fonctionnaires. Il concerne l’ensemble de la Fonction Publique (d’État, Territoriale et Hospitalière).

Avec l’introduction d’un rythme de progression de carrière selon un cadencement unique, l’accord Parcours Professionnels, carrières et rémunérations – PPCR –  rend inutile la notation des personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation.

Pour les personnels du premier et du second degré, c’est l’occasion d’en finir avec un système d’évaluation aveugle et infantilisant.

La création des écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ÉSPÉ), prévue par la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République du 8 juillet 2013, a entériné la revendication du Sgen-CFDT qu’enseigner est un métier qui s’apprend dans le cadre d’une formation universitaire. Le dispositif de formation actuellement mis en œuvre dans les ÉSPÉ au sein des masters « métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation » (MEEF) nécessite d’être stabilisé et renforcé. L’architecture et le cahier des charges de la formation et du recrutement des enseignant·es et des personnels d’éducation doivent être repensés.

À la fin des années 70, l’autonomie des établissements s’inscrit dans la recherche d’une démocratie plus participative où les acteurs prennent directement part aux décisions relatives à l’organisation de leur travail. Mais, avec le développement du courant ultra libéral et la crise économique, s’impose la logique de rendre plus efficaces et moins couteuses, les politiques publiques. Les systèmes éducatifs européens n’échapperont pas à cette logique. Dès lors, le modèle de gouvernance va se modifier et introduire la notion de performance.

Où en est-on aujourd’hui ? Qu’en pense le Sgen-CFDT ? Autonomie de quoi parle-t-on ? Au moment où les candidats à l’élection présidentielle en campagne utilisent le terme d’autonomie sans le définir exactement, rappelons celle que revendique le Sgen-CFDT.

Pour le Sgen-CFDT, si la transformation du lycée est une nécessité, il est aussi possible dès à présent d’améliorer son fonctionnement pour permettre aux élèves de choisir réellement leur parcours depuis la 2nde jusqu’au post-bac. Cela passe par un accompagnement renforcé de tous les élèves, et en particulier les élèves issus des collège REP/REP+.

  • Résultat d’une année de négociations avec les organisations syndicales représentatives (2015), le protocole « Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations » – PPCR – définit le cadre général d’une revalorisation des carrières de l’ensemble des fonctionnaires des trois fonctions publiques (d’État, territoriale et hospitalière).
  • De nouvelles négociations menées en 2016 ont permis de définir et organiser sa transposition, corps par corps, dans chaque ministère.
  • Ce dossier présente les éléments clé de la déclinaison du protocole PPCR pour les agents de l’Enseignement supérieur et de la Recherche :
    • Filière chercheurs : Chargés de recherche.
    • Filière enseignants chercheurs : Maîtres de conférences et assimilés – Maîtres de conférences des disciplines de santé.
    • Filière des ingénieurs (ITA-ITRF) : Assistants ingénieurs – Ingénieurs d’études –  Ingénieurs de recherche des deux filières de recherche et formation et des établissements publics scientifiques et technologiques.
    • Filière des bibliothèques : Bibliothécaires – Conservateurs des bibliothèques

La mise en place récente du PEAC invite à s’interroger sur ce que ce parcours peut induire en terme de pratiques pédagogiques, mais aussi de structure d’accompagnement au sein d’un établissement scolaire.

Le Sgen-CFDT vous propose son point de vue et quelques pistes de réflexion.