CTA au rectorat
Un lieu pour faire remonter les préoccupations des personnels

La mise en place des Comités d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail  (CHSCT) par la loi du 5 juillet 2010, amène notre profession, qui n’y était pas habituée, à se poser la question de la Qualité de Vie au Travail (QVT). Cependant, pour que les choses avancent vraiment, il faut que les personnels soient informés et s’emparent des outils à leur disposition, en particulier du registre Santé Sécurité au Travail (SST) qui permet de pointer les problèmes de souffrance ou de sécurité au travail…

mutations

La demande de mutation est un moment important dans une carrière. Au niveau national, comme au niveau académique, les élus du Sgen-CFDT sont là pour vous accompagner. Ils pourront:

  • Vous conseiller : En reportant sur Sgen + votre liste de vœux en amont de la fermeture du serveur, vous nous laissez la possibilité de vous suggérer des conseils afin d’optimiser votre stratégie.
  • Vérifier et défendre votre barème : si les erreurs sont peu nombreuses, elles existent. Tous les ans, les élus du Sgen-CFDT font corriger plusieurs barèmes. Il peut aussi s’avérer nécessaire d’être défendu en commission de barème lorsqu’on est dans une situation particulière : la circulaire ne peut prévoir l’ensemble des cas de figure.
  • Contrôler et améliorer votre affectation : Le mouvement est traité par informatique. Le logiciel est performant mais n’est pas parfait. Outre les erreurs que le logiciel peut commettre, il n’apporte pas toujours la solution optimale : tous les ans, les élus du Sgen-CFDT apportent des alternatives, pourvu qu’elles ne lèsent aucun collègue.

Il ne s’agit pas d’obtenir des passe-droits : le Sgen-CFDT se l’interdit, et l’administration s’y opposerait à juste titre.

  • Vous accompagner en cas d’affectation difficile : à l’issue du mouvement, certaines situations sont difficiles, d’autres sont intenables. On ne peut pas toujours trouver une solution, mais on peut s’engager à en chercher une dans le cadre des révisions ( affectation à titre provisoire, mutation sur des postes restés vacants, affectation en zone de remplacement…).
communication numérique

Le Sgen-CFDT Bretagne a fait à l’automne 2016 du sujet de la communication numérique une de ses priorités. Face aux mails qui nous submergent le rectorat employeur doit prendre ses responsabilités.

Notre constat est que le passage d’une communication papier à une communication numérique s’est faite sans réflexion sur les conséquences pour les personnels.

Aujourd’hui, chaque service du rectorat ou des DSDEN (Direction des Services Départementaux de l’Education Nationale) ne se soucie pas des envois faits par les autres. Chaque établissement, chaque circonscription ou école relaie tout ou partie de ce qui est reçu. In fine cette absence de réflexion noie tous les personnels sous une foule d’informations.

A côté de ce problème organisationnel, les modes de rédaction des courriers papiers et électroniques ne sont pas les mêmes. Une amélioration dans ce domaine serait profitable à tou-te-s.

Enfin, la possibilité de ne pas être sollicité en dehors de ses heures de travail doit être rendu possible, un droit à la déconnexion doit être mise en place. Il doit permettre à chacun d’organiser son temps comme il le souhaite,  sans pour autant solliciter les autres personnels en dehors de leurs heures de travail.

Pour améliorer la communication numérique le Sgen-CFDT  est intervenu en CTA (Comité technique académique) à différentes reprises au cours de l’année et continuera à porter ses revendications.

A son initiative une intersyndicale a écrit au recteur.

Lors du dernier CHSCT (Comité Hygiène Santé et Conditions de Travail) Académique nous avons revendiqué l’inscription de ce sujet à l’ordre du jour.

Cinq d’éléments principaux sont à prendre en compte

 

 

PPCR est l’abréviation qui résume plus d’une année de négociations consacrées aux « Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations » des fonctionnaires. Il concerne l’ensemble de la Fonction Publique (d’État, Territoriale et Hospitalière).

Avec l’introduction d’un rythme de progression de carrière selon un cadencement unique, l’accord Parcours Professionnels, carrières et rémunérations – PPCR –  rend inutile la notation des personnels d’enseignement, d’éducation et d’orientation.

Pour les personnels du premier et du second degré, c’est l’occasion d’en finir avec un système d’évaluation aveugle et infantilisant.

La création des écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ÉSPÉ), prévue par la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République du 8 juillet 2013, a entériné la revendication du Sgen-CFDT qu’enseigner est un métier qui s’apprend dans le cadre d’une formation universitaire. Le dispositif de formation actuellement mis en œuvre dans les ÉSPÉ au sein des masters « métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation » (MEEF) nécessite d’être stabilisé et renforcé. L’architecture et le cahier des charges de la formation et du recrutement des enseignant·es et des personnels d’éducation doivent être repensés.

À la fin des années 70, l’autonomie des établissements s’inscrit dans la recherche d’une démocratie plus participative où les acteurs prennent directement part aux décisions relatives à l’organisation de leur travail. Mais, avec le développement du courant ultra libéral et la crise économique, s’impose la logique de rendre plus efficaces et moins couteuses, les politiques publiques. Les systèmes éducatifs européens n’échapperont pas à cette logique. Dès lors, le modèle de gouvernance va se modifier et introduire la notion de performance.

Où en est-on aujourd’hui ? Qu’en pense le Sgen-CFDT ? Autonomie de quoi parle-t-on ? Au moment où les candidats à l’élection présidentielle en campagne utilisent le terme d’autonomie sans le définir exactement, rappelons celle que revendique le Sgen-CFDT.

Pour le Sgen-CFDT, si la transformation du lycée est une nécessité, il est aussi possible dès à présent d’améliorer son fonctionnement pour permettre aux élèves de choisir réellement leur parcours depuis la 2nde jusqu’au post-bac. Cela passe par un accompagnement renforcé de tous les élèves, et en particulier les élèves issus des collège REP/REP+.